L’action extérieure des collectivités soutenue par le Gouvernement

Le comité interministériel pour la coopération internationale et le développement (CICID) est réuni par le premier ministre et définit les orientations de la politique française de coopération internationale. Il vise aussi à renforcer les moyens financiers et institutionnels dévolus à la politique d’aide au développement[1].

Le CICID s’est réuni le 8 février 2018 dans le but de concrétiser la volonté du président Macron de « passer à une nouvelle étape dans la politique française de développement et de solidarité internationale »[2]. Le comité confirme alors l’inscription de « l’aide publique au développement (APD) parmi les priorités du quinquennat et réaffirme l’objectif général de l’éradication de la pauvreté »[3]. Pour se faire, le CICID axe la politique de développement autour des 5 piliers suivants ; la stabilité internationale, le climat, l’éducation, l’égalité entre les femmes et les hommes et la santé. A l’issue de cette réunion, le comité accroit aussi d’une façon conséquente le budget de l’aide au développement pour atteindre 0,55% du revenu national brut d’ici 2022, soit 15 milliards d’euros.

Parmi les acteurs de la politique française de coopération, le CICID octroie aux collectivités territoriales une place de choix. Il promeut leurs actions à l’international en doublant leur budget qui sera porté à 17 millions d’euros d’ici la fin du quinquennat, contre 8,5 millions d’euros aujourd’hui. Ce positionnement s’explique en premier lieu car les collectivités territoriales ont fait de l’aide au développement leur spécificité d’action. En effet, parmi les 4.000 collectivités qui s’étaient engagées en 2016, dans les aides à l’étranger, 1.080 mènent déjà de nombreux projets à travers le monde, notamment avec les 19 pays prioritaires[4] ciblés par le gouvernement. Les collectivités territoriales constituent un atout majeur dans les relations avec les pays moins avancés (PMA) notamment sur le continent africain, zone privilégiée par le gouvernement. En effet, l’action internationale des collectivités met en place un transfert de compétences durable avec ces pays et offre une coopération technique au niveau institutionnel et économique. Elle permet de pérenniser le développement et de sortir du paradigme de l’aide provisoire qui entretient la dépendance.

Les collectivités territoriales augmentent aussi la perspicacité dans le processus de développement démocratique. Elles œuvrent pour plus de démocratie au niveau local en rapprochant les citoyens des centres de décisions. Cette forme de démocratie de proximité est un avantage pour le Gouvernement qui a décidé de rénover sa méthode de coopération internationale, pour être plus proche du terrain et plus à l’écoute des besoins des populations.

Les Collectivités territoriales, ainsi reconnues par le gouvernement, comme acteur privilégié de l’action française à l’international, peuvent étendre leur implication sur la scène mondiale. Grâce au nouveau soutien financier que leur apportent les décisions du CICID, les collectivités déjà présentes sur la scène internationale auront les moyens de renforcer leurs liens de partenariats à l’étranger et les autres pourront s’engager plus volontairement dans l’aide au développement. Ce soutien du gouvernement actuel offre aux collectivités territoriales un tremplin inédit pour faire de l’action entre localités une nouvelle norme et un atout majeur pour les relations internationales de la France.

Pour aller plus loin, un « grand angle » est disponible sur le sujet : http://lafranceetlemonde.com/laction-internationale-des-collectivites-territoriales-francaises/

 

[1] https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/aide-au-developpement/dispositif-institutionnel-et-canaux-d-acheminement-de-l-aide-francaise/dispositif-institutionnel-francais-en-matiere-d-aide/article/les-institutions-publiques-nationales-et-l-aide-au-developpement

[2] Relevé de décisions de la réunion du CICID du 8 février 2018, page 1.

[3] Relevé de conclusion de la réunion du CICID du 8 février 2018, page 1.

[4] Bénin, Burkina Faso, Burundi, Comores, Djibouti, Ethiopie, Gambie, Guinée, Haïti, Liberia, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Sénégal, Tchad et Togo.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.